Monde

La juge Ketanji Brown Jackson bien partie pour être confirmée à la Cour suprême

Sauf accident, elle devrait devenir d’ici deux semaines la première femme noire à siéger à la Cour suprême. Après quatre jours d’un grand oral intense mais moins controversé que celui du juge Kavanaugh, Ketanji Brown Jackson semble bien partie pour être confirmée. Vendredi, le sénateur démocrate Joe Manchin, qui fait souvent pencher la balance, a annoncé qu’il voterait en faveur de la candidate choisie par Joe Biden.

Jeudi, le patron des républicains, Mitch McConnell, avait indiqué qu’il voterait contre la « nomination à vie » de Ketanji Brown Jackson à la Cour suprême. Elle pourrait toutefois encore recevoir le soutien de républicains centristes indécis comme Lisa Murkowski, Susan Collins, Mitt Romney, ou l’un des futurs retraités comme Roy Blunt ou Rob Portman. Avec 50 voix sur 100 (plus Kamala Harris), les démocrates n’ont aucune marge de sécurité. Avec le soutien de Joe Manchin, tous les yeux sont braqués sur la sénatrice d’Arizona Kyrsten Sinema. Elle n’a pas encore annoncé sa décision, mais elle avait voté pour confirmer Ketanji Brown Jackson comme juge à Washington.

« Modèle »

Avenante mais inébranlable, la magistrate cette semaine l’examen de sa candidature à la Cour suprême des Etats-Unis avec la conscience aiguë d’être un « modèle » pour les Afro-Américains.

Cette brillante juriste de 51 ans a été choisie fin février par le président démocrate Joe Biden qui avait promis pendant sa campagne de nommer, pour la première fois de l’histoire, une femme noire au sein du temple du droit américain.

« Depuis, j’ai reçu tellement de messages, de lettres et de photos de petites filles de tout le pays qui m’ont fait part de leur enthousiasme », a-t-elle rapporté lors d’une audition marathon devant des sénateurs chargés d’évaluer sa candidature. « Parce que je suis une femme, une femme noire, ça veut dire beaucoup pour les gens… » Sans insister sur la couleur de sa peau, elle a rendu hommage à tous ceux qui l’ont aidée à se hisser à ce niveau à commencer par ses parents qui, « pour exprimer leur fierté de leur héritage et leur espoir en l’avenir, (lui) ont donné un prénom africain, Ketanji Onyika, signifiant ”la charmante” ».

Guantanamo et pédopornographie

Les républicains, eux, ont passé beaucoup de temps à examiner ses propos quand elle a représenté des détenus de Guantanamo. Lindsey Graham lui a demandé d’expliquer pourquoi elle avait qualifié George W. Bush et Donald Rumsfeld de « criminels de guerre ». Elle a botté en touche, expliquant ne pas se souvenir du contexte exact mais qu’elle était dans son rôle pour défendre ses clients. Le sénateur Josh Hawley, lui, l’a accusée d’être « soft on crime », avec des sentences jugées trop clémentes, notamment dans plusieurs cas de pédopornographie.

« Comment osent-ils dire que vous êtes laxiste ? », s’est ensuite étranglé le sénateur noir Cory Booker, notant que la juge Jackson avait le soutien de syndicats de policiers et d’anciens procureurs, et que plusieurs membres de sa famille servaient dans les forces de l’ordre. « Vous êtes ici parce que vous le méritez » et « personne ne me volera ma joie ! », a-t-il poursuivi, dans une envolée qui a arraché une larme à la magistrate. « Vous êtes tellement plus que votre couleur ou votre sexe (…) mais je suis désolé, quand je vous regarde, je vois ma mère ou ma cousine. »

Source link المصدر

زر الذهاب إلى الأعلى